Le pied dans la boîte (partie 2)

Le pied dans la boîte (partie 2)

Après un article écrit sur le système tactile et son importance pour la fonctionnalité du pied, il est temps de parler d’un autre système tout aussi primordial : le système proprioceptif (qui lui aussi est impacté par la chaussure).

La chaussure, cette magnifique invention, rend le travail du système proprioceptif bien difficile.
Pourquoi ? Elle empêche le pied de se mobiliser librement dans son environnement (rappelons qu’il existe 16 articulations au niveau du pied).

On peut définir la proprioception comme la perception de son propre corps dans l’espace. Cette perception est acquise grâce à des capteurs sensoriels présents dans les différents tissus ou régions du corps humain.

Il existe plusieurs catégories de récepteurs qui ont chacune leur propre particularité. L’une d’elle est responsable de la récolte d’information concernant le mouvement. On les appelle les mécanorécepteurs. Ces mécanorécepteurs sont situés dans les articulations et ont pour fonction de transmettre l’information reçue par le mouvement au cerveau. Il existe donc une quantité astronomique de ces récepteurs dans les pieds.

Ces récepteurs s’activent en présence de mouvement. Si la chaussure empêche le mouvement des articulations du pied alors les mécanorécepteurs ne sont pas stimulés. Par conséquent, le cerveau en est impacté car la proprioception vit dans le cerveau.

Chaque articulation a sa cartographie située dans le cerveau. En mobilisant l’articulation, on active la zone correspondante à cette articulation. Avec des chaussures aux pieds, le mouvement des articulations est limité. En limitant le mouvement, on diminue l’information entrant dans le cerveau et on diminue la clarté de la cartographie corporelle.

Rappelons que le cerveau est un prédicteur. Il a pour fonction de prédire et de se sécuriser dans l’environnement. Si une articulation est immobile, elle devient donc imprédictible. Les muscles associés à cette articulation deviennent imprédictibles. La sécurité s’en trouve compromise. Il est donc important de mobiliser ses articulations.

Je répondrai à la question posée dans l’article « Le pied dans la boîte » : Le pied mérite sa place dehors, avec un sol humide, rocheux, variables.

Chez l’Institut IP, nous allons plus loin ! En utilisant le principe de focus externe, on répond à la loi fondamentale du cerveau : est-ce prédictif ou non ? En utilisant un focus externe, on donne la possibilité au cerveau de prédire un meilleur mouvement.

Chez l’Institut IP, nous intégrons la notion de jeu et d’apprentissage dans le développement humain.

Redécouvrir les fondements du développement humain, c’est la philosophie de l’Institut IP.

Share on facebook
Facebook
Share on linkedin
LinkedIn
Share on email
Email